Charbon blanc - Le Bec en l’Air, 2021.


Special edition (book + 18x24cm inkjet or c-print), contact me.


Format : 24x30cm
Pages : 108
Design : Lucía Peluffo
Text & images : Teo Becher
Language : French/English
ISBN : 978-2-36744-155-9

In France, find it here and in every good bookshop ✌️️ In Belgium, find it at the best Tipi Bookshop and in every good bookshop !




La vallée de la Maurienne, dans les Alpes françaises, présente un paysage maîtrisé et largement exploité, marqué par les ambiguïtés et les contradictions héritées de son histoire industrielle. Le torrent de l’Arc, qui la parcourt, fut en effet propice au développement de l’industrie de l’aluminium, par sa capacité à alimenter les usines en hydroélectricité. Surnommée « vallée de l’aluminium », elle est longée par une autoroute et bientôt par une ligne de train à grande vitesse entre Lyon et Turin, projet toutefois entaché de soupçons de corruption et de dégâts environnementaux. Malgré quelques stations de sports d’hiver, la majeure partie de l’espace en Maurienne est pourtant de l’ordre de l’inhabitable, convoquant l’image romantique d’une nature pure et sublime.

Dans Charbon blanc, patient travail documentaire mené sur ce territoire entre 2016 et 2019, le jeune photographe Teo Becher associe deux régimes d’images complémentaires. Fidèle à une conception de la photographie inséparable d’une errance au sein d’un espace défini, il commence par faire l’expérience physique du paysage de la Maurienne : être dans la montagne, y marcher, y respirer, au plus près de la topographie, au point où cette « inhabitable » de la montagne devient un personnage central de son livre.
En parallèle, influencé par la pensée de Philippe Descola, pour qui la nature est une construction culturelle et donc la différence entre nature et culture un non-sens (Par-delà nature et culture, 2005), et par les réflexions sur l’anthropocène de Donna J. Haraway, (Staying with the Trouble, 2016, paru en français aux éditions des Mondes à faire, 2020), Teo Becher a cherché à photographier ce moment où paysage et traces de l’activité humaine se rencontrent, dans une relation d’interdépendance plutôt que d’opposition.

Si ces deux pans du travail s’inscrivent avec évidence dans une tradition documentaire, ils en brouillent néanmoins les codes en acceptant le hasard et l’imperfection de la chimie argentique, emportant le lecteur dans un flottement onirique qui renforce cette interdépendance entre humain et paysage.
Enfin le livre est ponctué d’images presque abstraites, issues de films photographiques enterrés en différents endroits le long de la vallée de la Maurienne pour des durées allant de quelques semaines à deux ans. Ces photos sont imprimées sur des pages en partie non massicotées, de manière à les dissimuler, accentuant leur caractère mystérieux. L’ouvrage s’accompagne d’un court essai sur l’histoire de l’aluminium en Maurienne rédigé par Teo Becher.




In Charbon blanc, a patient documentary work carried out on this territory between 2016 and 2019, photographer Teo Becher combines two complementary image regimes. Faithful to a conception of photography inseparable from a wandering within a defined space, he begins by physically experiencing the Maurienne landscape: being in the mountain, walking there, breathing there, as close as possible to the topography, to the point where this "uninhabitable" mountain becomes a central character in his book.
In parallel, influenced by the thought of Philippe Descola, for whom nature is a cultural construction and therefore the difference between nature and culture a nonsense (Par-delà nature et culture, 2005), and by Donna J. Haraway's reflections on the Anthropocene (Staying with the Trouble, 2016, published in French by Mondes à faire, 2020), Teo Becher sought to photograph this moment when landscape and traces of human activity meet, in a relationship of interdependence rather than of opposition.

Although these two parts of the work are clearly part of a documentary tradition, they nevertheless blur the codes by accepting the chance and imperfection of silver chemistry, taking the reader into a dreamlike floating that reinforces this interdependence between human and landscape.
Finally, the book is punctuated by almost abstract images, taken from photographic films buried in different places along the Maurienne valley for periods ranging from a few weeks to two years. These photos are printed on pages that are partly uncut, so as to conceal them, accentuating their mysterious character. The book is accompanied by a short essay on the history of aluminium in the Maurienne written by Teo Becher.